Nommer ses personnages, Eva Balanoff

Quand j'ai commencé l'écriture de mon premier roman, "Le Village des secrets", je ne savais pas si j'irais au bout de ce projet, c'était une sorte de jeu, de distraction et je me suis amusée à donner aux personnages des noms de gens que je connaissais. Si quelqu'un m'agaçait, je me défoulais en donnant son nom à un personnage antipathique. Inversement, j'attribuais à des personnages sympathiques le nom de gens que j'aimais bien...
Une fois qu'un éditeur m'a dit qu'il allait publier mon roman, j'ai eu un moment de panique. Il me fallait changer presque tous les noms. Parfois, je me suis contentée d'enlever une syllabe. J'ai demandé à certains de mes proches si cela les ennuyait que leur nom apparaisse.

En écrivant mon deuxième manuscrit, je n'ai pas commis la même erreur. J'ai réfléchi aux noms des nouveaux personnages. Mais chassez le naturel, il revient au galop... Mon envie d'utiliser de vrais noms était toujours là.

C'est comme ça qu'est né le personnage d'Eva Balanoff. Ce nom a été porté par la tante d'une de mes amies, Kozlika. Une famille mystérieuse, fascinante, dont les aïeux sont sortis de l'ombre et des registres des archives, comme l'avait fait Jules avant eux.

Eva Balanoff vit dans les années 1920. C'est une femme libre, qui se bat pour le droit de vote, conduit une voiture et ne s'en laisse pas conter. Elle va fédérer autour d'elle un petit groupe de femmes, très différentes les unes des autres. Ensemble, elles vont, sans vraiment le vouloir, résoudre un cold case.

Automobile club 1926.jpg, mai 2021 1926 Première sortie de l’automobile Club féminin, photographie de presse de l'agence Meurisse