Morceaux choisis au micro de Gilda Fiermonte

Gilda version BLOG.jpeg, fév. 202019 février 2020, à Paris. Première émission radio avec Gilda Fiermonte dans son émission Côté Papier sur Cause Commune, qui s'écoute en Ile-de-France sur 93.1 et en ligne.
Gilda m'avait demandé de choisir des extraits musicaux et des extraits de mon roman.
Pour les extraits musicaux, j'ai assez vite trouvé : une des merveilleuses sonneries de Dadèf-Quartet, un groupe musical toulousain qui mêle jazz et musiques du monde, des airs qui m'ont accompagnée pendant que j'écrivais, U paisanu de Canta U Populu Corsu, Salve Ronciera. L'étranger, de Graeme Allwright (qui vient de nous quitter) est une chanson qui évoque Jules. Enfin, J'aime les gens qui doutent d'Anne Sylvestre pourrait être ma profession de foi.

Gilda et moi .jpg, fév. 2020L'expérience de la radio en direct, en début de nuit, est tout à fait particulière. Comme dans une bulle protégée du monde extérieur, nous avons parlé du Village des Secrets pendant une heure trente. C'est un luxe pour n'importe quel auteur, et pour moi, c'était vraiment Noël, d'autant plus que Gilda avait soigneusement préparé ses questions. Nous avons évoqué le cheminement qui m'a menée de mon blog au premier embryon de mon roman, Le Café des Platanes, puis à l'écriture du Roman de Jules, qui allait devenir, une fois édité, Le Village des secrets.
Ne sachant quels extraits lire à l'antenne, je m'en étais remise à quelques lectrices qui avaient lu le texte récemment et seule Christine B. s'est prêtée à ce jeu difficile. Elle a choisi trois extraits pour présenter trois facettes du roman : l'aspect historique, avec les souvenirs du Tonkin et la façon dont l'armée considérait les mariages mixtes au début du XXème siècle ; la dimension familiale, avec les avis opposés de Jules et de sa sœur Marguerite au sujet de la vente des terres du bord de mer. Lui envisage sans état d'âme de céder une partie du patrimoine familial à la Compagnie des Chemins de fer, mais sa sœur, gardienne du passé et des traditions, refuse avec énergie ce qu'elle considère comme une offense à la mémoire des morts. Enfin, le troisième passage évoquait le lien entre Anna et ses parents adoptifs et leur conversation, le soir de Noël.
Les choix de Christine étaient parfaits et je l'en remercie. Lire à l'antenne n'était pas facile, je me sentais un peu impressionnée.

Gilda3Blog.jpg, fév. 2020Il y aura prochainement un podcast de l'émission, j'éditerai le billet pour mettre le lien qui permettra à ceux qui sont intéressés de pouvoir l'écouter.
Cette conversation au cœur de la nuit a été très bénéfique pour l'écriture de mon second roman. En insistant sur ce qu'elle avait aimé, Gilda m'a fait prendre conscience de la nécessité de garder un certain cap dans mon écriture. Une fois rentrée, je me suis appliquée à coucher sur le papier quelques phrases prononcées par Gilda. Mon séjour à Paris a aussi permis de faire émerger de l'ombre un autre personnage, jusqu'alors esquissé et qui a pris vie avec autant de force que l'avait fait Jules. C'est une femme et elle s'appelle Eva Balanoff.

Je continue à recevoir de chouettes SMS qui me donnent le sourire, aujourd'hui, celui de mon amie Fabienne.
Fabienne.jpg, fév. 2020