Trois choses que je savais sur Jules

Avant que Jules ne devienne le personnage principal de mon roman, je savais très peu de choses sur lui, et l'une était fausse.

Il était douanier.
Il était tout petit et tout noir de peau.
Quand j'étais jeune, il me paraissait tellement vieux !

Je ne connaissais pas son prénom.

J'avais écrit quelques notes sur lui en 2004 pour un petit feuilleton que je publiais sur mon blog, Le café des platanes. Mais maman m'a-t-elle vraiment dit cela ou l'ai-je inventé ?

Les chambres, au-dessus du Café des Platanes, servaient maintenant d'asile à une population hétéroclite qu'on appelait les réfugiés. Madame ... était une grande femme maigre d'une quarantaine d'années, à l'allure austère, toujours vêtue de noir, qui formait avec son rondouillard petit mari au crâne dégarni et aux lunettes rondes un couple peu assorti.

Écrire un roman, c'est parfois s'éloigner tellement de la réalité qu'on ne sait plus où elle finit et où commence la fiction.

Je n'ai pas de photo de Jules et sans doute n'en aurai-je jamais, alors je fais défiler toutes les images qui m'ont inspirée, le diaporama de ma tête...

Jules.jpg, sept. 2019